Retour

Démoustication

TRAITEMENT ANTI-MOUSTIQUES / DEMOUSTICATION

 

Le moustique commun

Culex pipiens, ou moustique commun, est omniprésent du printemps à l’automne et ses piqûres sont gênantes. C'est le moustique du genre culex le plus répandu dans l'hémisphère nord. Sa femelle pique l'homme ou d'autres espèces d'animaux à sang chaud pour faire le repas de sang qui est nécessaire à la production de ses œufs. Elle est dotée de biocapteurs lui permettant de détecter la température, le CO2 et certaines odeurs pour repérer ses proies.

Le moustique Tigre

Aedes albopictus, ou moustique-tigre, est vecteur de maladie : le chikungunya, la dengue, le virus Zika et d'autres maladies en zone tropicale. C'est une espèce de moustique originaire d’Asie du Sud-Est. Cette espèce invasive a colonisé une grande partie du monde grâce à l’augmentation des échanges internationaux et commerciaux. Cette espèce s’est installée en France métropolitaine en 2004. Son aire de répartition ne cesse d’augmenter. Il doit son nom à ses rayures qu’il porte sur ses pattes et qu'il partage avec les espèces du même sous genre Aedes.



Plusieurs événements épidémiologiques ont été mis en évidence en France métropolitaine :

  • En 2010, deux cas de dengue et deux cas de chikungunya ont été détectés respectivement à Nice et à Fréjus,
  • En 2013, un cas de dengue autochtone a également été détecté dans les Bouches-du-Rhône,
  • En 2014, quatre cas de dengue ont été identifiés : deux à Toulon et deux à Aubagne, ainsi qu’un foyer de onze cas de chikungunya à Montpellier,
  • En 2015, c’est un foyer de 6 cas de dengue qui a été identifié à Nîmes,

⇒ Il est clair que ce type d’événements est amené à se répéter dans le futur.

 

C’est principalement dans les zones nouvellement infestées de la métropole que le risque d’impact semble le plus prononcé, notamment sur les secteurs du tourisme et de la restauration. Ainsi, la présence et la nuisance d’Aedes albopictus dans certaines résidences hôtelières, hôtels, campings, terrasses de restaurants ou de bars… pourra très certainement nuire à l’image et à l’attractivité de ces structures et ainsi entraîner un déficit de recettes financières. Afin de minimiser de telles pertes économiques, ces structures elles-mêmes ou les collectivités dont elles dépendent mettent de plus en plus en œuvre des actions de démoustication.

 

Comment lutter contre les moustiques sans pesticides ?  

  • Supprimer les gîtes larvaires et traiter les eaux stagnantes avec un produit anti-moustiques : film liquide sans aucune substance active, son mode d’action n’est pas chimique ou biologique à l’instar des produits traditionnellement utilisés mais mécanique : il bloque le cycle de développement du moustique. Il n’est pas soumis aux réglementations biocides et phytosanitaires, il ne peut pas induire de résistance chez le moustique grâce à sa formulation sans biocides. Ce produit se transforme en silice (sable) au bout de 4 semaines.

  • Lutte à l'aide de pièges à moustiques : c'est le moyen le plus efficace pour diminuer de façon importante la population de moustiques. Un ventilateur intégré à l’appareil crée un courant d’air ascendant, imitant les courants d’air chaud produits par un être humain, et qui diffuse un appât spécialement conçu pour attirer les moustiques. Ce même ventilateur crée également un courant d’air descendant qui aspire les moustiques alentour à l’intérieur du piège où ils se déshydratent et meurent. Le piège élimine les moustiques de façon continue limitant la croissance naturelle de leur population. Il n’attire pas les insectes utiles tels que les abeilles, les papillons, les coccinelles et d’autres, comme le font les pièges traditionnels à base d’UV. Ces pièges peuvent également diffuser en option du CO2 ce qui augmente leur performance de capture. Ces pièges sont installés en général dans les endroits avec de la végétation, là où les moustiques ont établi leurs gîtes (sous les feuilles des buissons, proches du sol).

  • Traitement spatial des zones à protéger grâce à des diffuseurs de pyrèthre végétal. Le pyrèthre est issu d'une variété de chrysanthèmes. Il existe également des bornes prévues également pour ce genre de traitement qui permettent de traiter environ 200m2 de surface. La répulsion est idéale pour les zones à protéger sans végétation (terrasses, tonnelles, pergolas, piscines...). Des produits biosourcés (issus de la biomasse végétale) comme le géraniol, lavandin, ricin, menthe, eucalyptus… peuvent être utilisés dans ces bornes pour remplacer le pyrèthre.

  • Traitement des gîtes de repos (le dessous des végétaux) efficace avec les produits biosourcés en créant un nuage de vapeur (thermonébulisation ou nébulisation) qui permet aux micro-gouttelettes produites de se fixer sous les feuillages et donc de repousser les moustiques au repos et ne pas y revenir. Cette technique peut être utilisée dans les très grands espaces verts en zones urbaines à des fréquences assez rapprochées.


Périodes de lutte contre les moustiques

Les moustiques sont présents toute l’année dans le sud de la France. La période hivernale est la moins propice à leur développement. Dès le printemps ils peuvent être très présents jusqu’en automne avec un pic d’activité pour les mois d’Aout et Septembre. La période de lutte idéale est d’Avril à Octobre.

Pour toute demande d'intervention en démoustication, vous pouvez contacter la société Xpulse.

 

                         

Prenez contact